Odysseus, Secteur 4

Zone de jeu de role basé sur Appleseed sur Second Life
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Bayushi Watanabe, simple privé...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bayushi Watanabe



Messages : 10
Date d'inscription : 13/11/2008
Age : 41

MessageSujet: Bayushi Watanabe, simple privé...   Mer 19 Nov - 14:27

Deux flics costauds entraînèrent Watanabe dans la salle d’interrogatoire. Harold est le plus fort. Il est massif, grand, sur de ses gestes et coiffé court comme un militaire. Gageons que son regard dur doit impressionner les suspects habituellement. Le deuxième se prénomme Lucas et est plus petit. On pourrait croire qu’il a le regard fuyant mais en fait, il surveille sans cesse les alentours… apparemment même quand il est dans son propre poste de police.

Watanabe fut posé sur un siège inconfortable en face de l’enquêteur Gilles Nack, un homme suffisamment expérimenté pour ne pas se laisser berner par le premier venu et encore suffisamment novice pour ne pas être désabusé de son propre métier. Watanabe était passif, il se laissa manipuler par les deux imposants représentants des forces de l’ordre sans se débattre. Les menottes maintenaient ses poignets dans son dos. La position était gênante. Les cheveux épars noirs de Watanabe cachaient ses yeux, ce qui semblait décontenancer l’enquêteur Nack. Sa voix calme vint entamer la discussion :


-Bonjour monsieur Bayushi. Je viens de sortir votre dossier et j’avoue que je n’avais pas compris tout de suite à quel genre de type j’avais affaire.

-Pourquoi m’avez-vous arrêté ? répondit Watanabe d’une voix fatiguée.

-Trouble de l’ordre publique. Ca me parait évident pourtant.

Watanabe rit légèrement et déclara :

-Il y a bien eut trouble de l’ordre publique. Ou plutôt disons une rixe banale... Pourtant sur la dizaine de personnes concernées je suis le seul à me retrouver ici.

-Vraiment ? Harold. Les autres suspects t’ont échappé ? Je suis déçu.

Le ton de l’enquêteur ne laissait aucun doute sur l’ironie de son propos. Harold eut un rire sourd, dévoilant ses dents blanches. Nack repris son discours comme si de rien n’était :

-Bien voyons ce que nous avons là. Watanabe Bayushi… Enfin je veux dire Bayushi Watanabe. Ressortissant de l’extrême Orient, arrivé chez nous il y a une dizaine d’année. J’aimerai être plus précis mais vos papiers ne semblent pas tout à fait concordant sur les dates…

Nack releva les yeux de son écran pour fixer Watanabe et dit d’un air entendu :

-Je passerai sur l’évident immigré clandestin que vous êtes vu que…

Watanabe coupa immédiatement l’enquêteur :

-J’aimerai qu’on me retire les menottes. Je ne suis pas dangereux, non armé et je n’ai pas résisté à mon interpellation. J’estime que ce traitement est inapproprié.

-Bien sur. Harold ! Vire lui ses bijoux.

Nack sembla un instant surpris par la demande légitime du suspect mais se ressaisit le temps que Harold lui retire les menottes. Watanabe fit ce que toute personne fait dans ces circonstances, il prit le temps de se masser les poignets. Nack repris son monologue :

-Il y a quatre ans vous tentez de nous rejoindre. L’école de police vous refuse votre diplôme pour des raisons obscures. Je lis l’annotation de votre chef d’instruction : « La seule qualité de ce candidat est qu’il possède un sang-froid à tout épreuve. Il n’est pas mauvais tireur et sait réfléchir vite mais les psys n’approuvent pas à son adhésion. Son manque d’esprits d’équipe me fait penser que le rejeter est une bonne chose… »

Nack regarda Watanabe un long moment. Le suspect n’était en rien surpris par ce qu’il venait de lui dire. Watanabe sentait bien qu’il devait répondre quelques choses mais laissa le temps à Nack de se faire de fausses idées sur son compte. Il brisa le silence par :

-j’approuve ce que cet instructeur a écris sur moi. Je n’aurai pas fait un bon flic.

-C’est pour ça que vous êtes devenu détective privé ? Ca vous permet de travailler seul et de changer de patron régulièrement ?

-En effet. Mon travail est très calme et agréable… sauf ce soir… Je faisais de la prospective pour trouver de nouveaux clients et j’ai été pris dans cette bagarre idiote.

Lucas coupa Watanabe illico d’un ton autoritaire:

-Bagarre que tu as déclenchée il parait !

Watanabe répondit plus doucement :

-Mais non. Tout a reposé sur un malentendu. Je n’avais pas compris que la rue que j’avais traversé appartenait à un gang et ils m’ont suivi jusqu’au bar pour me « punir » en publique. Une histoire bête en fin de compte.

-Pourquoi ai-je l’impression que vous nous prenez pour des clowns Monsieur Bayushi ? demanda Nack presque amusé par la conversation.

-Moi ? Je vous respecte. Enfin sauf celui-là…

Watanabe indiqua Harold du pouce et ajoute :

-Mon boulot consiste souvent à traquer les maris et les femmes adultères. S’il savait le nombre d’hommes que j’ai du suivre qui allaient rejoindre sa femme, il passerait moins de temps ici…

Watanabe sourit un instant sans fixer l’agent Harold pour que celui-ci ne soit pas tenté par son visage. Harold n’hésita pas une seule seconde. Son poing massif vint percuter le ventre du suspect. Se pliant sous l’impact Watanabe cracha même du sang. Il tomba au sol, renversant la chaise et mis sa main devant sa bouche. Nack intervint immédiatement :

-CA SUFFIT !! LAISSE-LE !!

Harold recula d’un pas en fusillant Watanabe du regard. Celui-ci se releva, se rassis sur la chaise après l’avoir replacé. Son sang coulait de sa bouche et sa main s’essuya sur la chaise. Il demanda calmement à Nack :

-Inculpez-moi ou libérez-moi… si vous m’inculpez, je veux un homme de loi sur toute la procédure à compté de cet instant.

-je ne vais pas vous inculper mais juste vous prévenir… Je vous ai à l’œil Monsieur Bayushi. A l’instant même où vous déborderez suffisamment des limites de la loi pour justifier votre incarcération, vous me trouverez juste à coté de vous pour vous boucler. Lucas, fous-le dehors…

Watanabe se retrouva dans la rue quelques minutes plus tard… Apparemment satisfait de sa soirée… pour le moment...




(voila le début ed mon background. Si des points ne collent pas avec le background du jeu dites le moi. La suite viendra plus tard. Par contre, je nesuis pas sur de pouvoir jouer ce personnage très souvent dans un premier temps)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bayushi Watanabe



Messages : 10
Date d'inscription : 13/11/2008
Age : 41

MessageSujet: Re: Bayushi Watanabe, simple privé...   Mer 19 Nov - 19:12

Et voici la suite:


Dans une ruelle, Watanabe regardait le véhicule de fonction corporatiste ralentir face à lui, les phares à pleine puissance. Un homme élégant en sortit prestement. Le genre jeune cadre dynamique, requins de sa société, détestable à souhait et puant d’hypocrisie. Watanabe adorait négocier avec ce genre d’ordure. L’homme se faisait appeler M Johnson (clin d’œil à Shadowrun^^). Bien sur, ce n’était pas son vrai nom. Ce qui intrigua Watanabe fut le fait qu’il sortit seul de son véhicule, sans ses molosses pour le couvrir. Considérait-il Watanabe comme quelqu’un de tellement inoffensif qu’une protection aurait été excessive ?

-Bonsoir M Johnson, dit Watanabe. Le travail a été accompli comme vous me l’avez demandé. Les nano-transmeteurs contenus dans la capsule de sang sont maintenant dans l’une des salles d’interrogatoire de la police.

-Parfais M Bayushi. J’apprécie votre efficacité et votre professionnalisme. Votre idée de mêler « nos agents espions » à du sang était brillante.

-La quantité de métal contenue dans les nano-transmeteurs est suffisamment basse pour faire croire à du plombage de la dent et leur activité électrique tellement faible que l’intensité fait penser à des émissions du tensioactif des amylases de la salive. Ma bouche a été une cache parfaite donc. Les détecteurs de l’entrée n’ont pas tiqué à mon entrée.

M Johnson faisait semblant de boire les paroles de Watanabe. L’aspect technique ne lui échappait pas. Mais, l’intérêt pour un cadre comme lui était plus que relatif. Il laissa Watanabe terminer son discours un sourire toujours amical greffé sur le visage.

-Pourrions-nous passer au payement M Johnson, demanda Watanabe en présentant son ordinateur de poche ?

-Oui bien entendu. Le prix convenu va être transféré sur le numéro de compte que vous nous avez communiqué à l’instant.

La petite transaction fut immédiate. Watanabe vérifia le nouveau solde de son compte en banque sur son ordinateur et demanda :

-Comment espérez-vous que les nano-transmeteurs réussiront à emmètre à travers la protection « cage de Faraday » autour des locaux de la police ?

Les deux hommes s’étudièrent un moment en silence et Watanabe reprit :

-Simple question…

-A vrai dire j’ignore comment nos ingénieurs s’y sont pris pour palier ce problème. Toujours est-il que je ne vais pas m’attarder. Ce fut un plaisir de vous engager sur ce travail M Bayushi. Bien entendu, vous savez à quel point je compte sur votre discrétion.

-Bien entendu M Johnson J’attire votre attention sur le fait que mon action de ce soir me mets hors la loi. J’aurai de graves ennuis si ça se savait. Vous n’avez donc rien à craindre.

-Nous nous comprenons M Bayushi. Bonne fin de soirée à vous.

Pendant un court instant, le visage de M Johnson laissait transparaître son apparente voracité, sa cupidité malsaine… bref, l’homme qu’il est vraiment. Il remonta dans son véhicule et s’éloigna.

Watanabe ne bougeait pas. Il attendait… Toujours dans cette ruelle. Une silhouette se détacha de la pénombre et s’approcha de lui. C’était l’enquêteur Nack, le regard évaluant Watanabe.


-Alors, demanda Watanabe ?

-Mes hommes le suivent M Bayushi. Une piste prometteuse. Vous avez manœuvré à merveille. Je me demande une chose cependant. Pourquoi avoir dénoncé et piègé votre employeur ? S’il l’apprend, vous mourrez.

Watanabe pris une inspiration et, le regard toujours dans le vague, expliqua :

-J’ai analysé les émissions des nano-machines qu’il m’a demandé de placer dans vos locaux. J’ignore à quoi ils servent mais ce ne sont pas des nano-espions. En d’autres termes, mon employeur m’a mentit. Qu’il garde pour lui l’identité de son patron me parait normal. Mais qu’il mente sur les aspects techniques de ma mission sont une clause de violation du contrat qu’il avait passé avec moi…

Watanabe sourit

-… Alors il n’y a aucune raison que je lui fasse de faveur. Mais puisqu’on parle de contrat. N’en n’avons-nous pas un en cours enquêteur Nack ?

L’enquêteur Nack paya Watanabe de la même manière que M Johnson le fit précédemment. La conversation suivait un cours plus détendu.

-Quand vous avez demandé à ce qu’on vous retire les menottes, expliquait Nack, j’ai cru que c’était là que se trouvait les nano-machines. Mais le coups du sang était pas mal non plus.

-En effet. Mais j’espère ne pas avoir à subir encore les violences de vos hommes.

Nack commençait à s’éloigner et regarda Watanabe une dernière fois. Il lui donna son impression générale :

-Vous finirez avec une lame en carbo-composite entre les omoplates à travailler de cette manière.

-Vous aussi si vous continuez à croire en l’honnêteté de votre métier. Moi... Après tout… je ne suis qu’un privé sans envergure…

Watanabe partit et Nack restait là à l’évaluer… encore. Il rumina :

-Les psys sont passés à coté d’un truc sur ce gars… Qu’est-ce qui est pire ? L’avoir comme allié ou comme opposant ?


Voila. Dites moi si ce genre de personnage est jouable dans cet univers. J'espère ne pas avoir pris trop de liberté sur le background.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bayushi Watanabe, simple privé...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Go Habs Go - Simple Plan
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» Entraînement chasse ! (privé Nuage de Corbeau)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Odysseus, Secteur 4 :: Partie publique :: Background-
Sauter vers: